“Osons la Fraternité”
Dans le Hekhal de la grande synagogue de Nice, de gauche à droite: le grand rabbin régional M. Franck Daniel Teboul; le vicaire général, l’abbé Cyril Geley; le cantor de la grande synagogue de Nice, Mickaël Guedj; l’évêque de Nice, Monseigneur André Marceau; le délégué diocésain pour les relations avec le judaïsme, le chanoine Philippe Asso; le président du Consistoire israélite de Nice, M. Maurice Niddam.

“Osons la Fraternité”

Dimanche 13 juin 2021 après-midi, Mgr André Marceau, évêque de Nice, s’est rendu à la grande synagogue de Nice, invité par Maurice Niddam, président du Consistoire israélite de Nice et Franck Daniel Teboul, grand rabbin de Nice et région. Une cérémonie reconnaissante sur les années de collaboration entre juifs et catholiques dans les Alpes-Maritimes, placée sous le signe de la fraternité.

Mgr Marceau, accompagné du père Cyril Geley, vicaire général, a été officiellement reçu à la grande synagogue de Nice pour une cérémonie fraternelle à la fin de l’épiscopat de l’évêque de Nice. Une cérémonie orchestrée par le chanoine Philippe Asso, coordinateur du pôle «Dialogue avec le Monde» et délégué diocésain pour les relations avec le judaïsme. Elle manifestait la réalité des relations entre institutions juives et catholiques.

Les discours, emprunts de bienveillance, étaient entrecoupés d’interventions musicales du cantor de la grande synagogue de Nice Mickaël Guedj. Le rabbin régional Franck Daniel Teboul a démarré sur un message de paix. Dans l’héritage d’Abraham, il a commenté le commandement “tu aimeras ton prochain comme toi-même”, dans le sens : tu aimeras ton prochain qui n’est pas comme toi-même. Aussi, il est important de «se tendre la main les uns les autres pour mieux se connaître».

Maurice Niddam, président du Consistoire israélite de Nice, a rappelé les liens étroits partagés avec Mgr Marceau, à l’image des relations entre juifs et catholiques dans les Alpes-Maritimes. «Revenir à l’humilité de la foi est, pour un nombre croissant de nos compatriotes, explique-t-il, une urgence […]Nous sommes parvenus à un point de l’histoire où chrétiens et juifs, parce qu’ils partagent l’Ancien Testament, les prophètes, les hagiographes, sont plus proches qu’ils ne l’ont été depuis longtemps. Ils ont notamment la charge d’assumer davantage encore l’universalisation de la foi en un seul Dieu.»

Moi, je viendrai rassembler toutes les nations et toutes les langues, et elles viendront voir ma gloire. (Isaïe 66, 18)

Voir l’article complet sur le site du Diocèse de Nice : https://nice.catholique.fr/la-fraternite-aux-coeurs-des-relations-entre-juifs-et-catholiques/